Je ne culpabiliserai plus quand j'aurai pris ma troisième tasse de café dans la journée!

On a observé que les hommes et les femmes qui buvaient au minimum trois tasses de café par jour avaient un risque de mortalité prématuré diminué de 12 % et 7 %, respectivement, comparativement aux personnes qui n’en buvaient pas.  Wow!  Moi qui croyais que je commettais un crime ou que j'étais en train de devenir accroc au café quand je me rendais à trois tasses dans la journée, grâce à un article de Richard Belliveau dans le journal de Montréal ce matin, je ne culpabilise plus pantoute.  

Eh oui! Paraît-il, selon trois études que j'imagine récentes, indiquent que la consommation régulière de café est avantageuse pour nous les adultes.  Eh oui!  Paraît que le café n'a pas juste un effet bonifique sur les réveils du matin qui ne
sont pas toujours faciles quand nos pouts se lèvent à l'heure des poules ou encore qu'on s'est soi-même levé du pied gauche.  Le café (pas la caféine tout court, donc on oublie les boissons énergisantes), selon une couple de scientifiques, auraient une incidence positive sur certaines maladies cardiovasculaires et hépatiques s'il est bu sans flafla (pas les cafés dessert full sucrés et full crème) et quand même pas de façon trop excessive.

 Finalement, c'est comme dans tout, la modération a bien meilleur goût... et là-dessus, je bois mon second café sise sur l'escalier du patio dans une couverture dehors en écoutant Axelle Red me chanter sa toune de café.



À lire aussi : Le café est mon ami

Messages les plus consultés